Andres Marín - Danse flamenco

Andres Marín - Danse flamenco

Andrés Marín promène depuis longtemps son flamenco graphique sur les tréteaux du monde entier. Il est à ce jour l’un des bailaores et chorégraphes les plus créatifs de la scène flamenca. Profondément radical, au sens étymologique du terme, Andrés Marín est un danseur des racines. Très attaché au respect de la tradition, en particulier du cante, qu'il considère comme la colonne vertébrale du flamenco, Andrés Marín est cependant convaincu que rester dans l'imitation naïve ou la reproduction mécanique, c'est vider toute expression artistique de sa moelle et, finalement, manquer de respect à ce que l'on croit servir. Et c'est bien dans ce frêle espace, dans cet interstice entre la norme et sa transgression qu'existe son flamenco. Chaque fois qu'il entre en scène, il se met en danger, s'interroge et fouille dans les entrailles du flamenco. La nouveauté pour la nouveauté ne l'intéresse pas, pas plus que de revisiter la tradition depuis une sacralisation paralysante et stérile. Après le succès de son dernier spectacle D. Quixote, créé au Théâtre de Chaillot à Paris en novembre 2017 et présenté en septembre dernier à la biennale de flamenco de Séville, il veut revenir à l’essentiel, l’élémentaire, la simplicité, et affronter seul la scène, le corps du danseur, le flamenco comme point nodal. Bailo, ergo sum (je danse, donc je suis) s’annonce comme une interrogation profonde de sa danse, de son rapport au flamenco – dedans/dehors -, de ses doutes. C’est cette fragilité là qu’il a choisi d’explorer au Nouveau Théâtre Sainte Marie d’en bas, un lieu qui le fascine et l’inspire dans un solo qui sera un moment exceptionnel de la programmation du théâtre.

1. Evénements
2. Tarification
3. Paiement